jeudi 15 octobre 2015

Catalyser le renouveau sans provoquer d'élan de protection

Lecture de l’article :

Comment être une source d'évolution bénéfique à son environnement, tout en respectant les résistances aux changements, si elles adviennent ? 

Selon Jiddu Krishnamurti et Françoise Kourilsky la réponse à cette interrogation se situe dans la nature du regard que nous portons sur le monde. Ainsi l'unique et véritable révolution est intérieure; à laquelle on accède en étant présent à soi-même. Cette lucidité aboutie sans effort à l'effondrement de toute résistance et le jaillissement de l'action juste, car affranchie de tout conditionnement. Chaque comportement recèle sa raison d'être porteuse d'une qualité qu'il convient d'éclairer pour lui permettre de se développer. Reconnu dans sa valeur, l'individu sera enclin à expérimenter librement des attitudes neuves propres à lui offrir une vie plus épanouissante parce qu'en harmonie avec son milieu. Au contraire, montrer du doigt comme ayant besoin d'une remise en question voulue par l'environnement, l'être psychologique investira naturellement son énergie plutôt à défendre la façon dont il se définit.

Publication glané sur le Web

Citations

  • « Le changement a lieu quand la douleur de se maintenir est supérieure à la peur de lâcher prise. » Spencer Johnson

4 commentaires:

  1. C'est ta voix Franck ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'enregistre avec Audacity. Puis je convertis en mp3. C'est artisanal. Mais de cette façon cela me permet de me relire avec soin.

      J'ai pris connaissance de ta réponse.

      "S’il y a évolution, innovation, les résistances se dissolvent d’elles-mêmes ; il n’y aura pas à les combattre donc pas de violence ; il y a résistance et violence que si nous luttons."


      Selon moi, l'innovation ne semble pas garantir le rejet du changement. Car lorsqu'elle investit un marché, jusqu'alors régi par une corporation; il peut y avoir des levées de boucliers face à la disruption du modèle économique. L'exemple le plus récent est Uber face aux taxis. Pour permettre à un groupe social ou à un individu d'envisager sereinement son adaptation à son environnement, il est nécessaire dans un premier temps de valoriser ses qualités afin, me semble-t-il, de l'aider à découvrir ses ressources propices à lui révéler les opportunités à saisir, s'il accompagne volontairement le changement imposé; car désiré globalement par la collectivité. Quel est ton avis ? Pour ma part, je pense que je n'ai pas fait véritablement le pont entre Françoise Kourilsky et Krishnamurti. Qui lui propose un changement encore plus radical, non meut par l'effort de la pensée et inhérent au processus de présence à soi-même.

      Je suis assez d'accord avec la suite de ta réflexion, toutefois bien que je perçois le lien que tu conçois entre résister et créer. Je ne le fais pas moi-même. Car le verbe créer perd son côté virginal si sa fonction est de résister.

      Supprimer
    2. Pour la voix, artisanal je ne sais pas ; moi je trouve que c'est carrément bien !

      Je réponds donc ici, quoi que le sujet se trouvait dans "Services pratiques via internet : Web économie du partage " je dis cela pour ceux qui viendront te lire,

      en effet, Uber est un bon exemple c’est vrai, et l’interview de La disruption est vraiment très intéressante et tout est dit ; donc revenons concrètement sur l’exemple d’Uber, je vais paraître contradictoire si je dis ici que Uber fait partie des « innovations » et que les taxis quoi qu’il arrive sont en voie de disparition car c’est un fait et c’est comme cela !

      Contradictoire car sur le forum du Parisien où je critiquais Uber dans le topic « Quel avenir pour l'Europe et la France ? » oui je n’aime pas du tout Uber et ses manières, c’est vrai, mais il faut admettre que Uber n’est qu’un exemple parmi tant d’autres à venir, c’est ainsi, et l’interview de La disruption le décrit très bien, les taxis, la poste et autres n’ont pas d’autres choix que de s’innover et d’innover, et alors les résistances se dissolvent d’elles-mêmes, oui les taxis se sont battus mais cela n’ira pas plus loin, les monopoles sont terminés et nous arrivons à une nouvelle ère ; c’est tellement évident voilà c’est tout. Cela c'est pour le concret et la fin des monopoles.


      Et pour la suite, quand tu écris, je cite un extrait " Pour permettre à un groupe social ou à un individu d'envisager sereinement son adaptation... "
      je suis d'accord comme toi, tu décris les choses d'une manière plus éthérée mais tu as tout dit aussi ! On a rien à ajouté de plus.

      Concernant Jiddu Krishnamurti le travail est plus individuel et pour arriver une pensée collective, comme le dit Eckart Tollé, soit l' "Om" y arrivera ou pas.

      En fait l'autre jour je me suis censurée concernant Jiddu Krishnamurti car j'ai peur que les internautes ne profitent pas de ses enseignements si on en parle. Ce que je peux dire c'est qu'il n' y a qu'à chercher.

      Bien à toi ! Adiémus


      Supprimer
    3. J'oubliais pardon ; "l'Om" est un hommage à l'excellent dessin animé
      " La Planète Sauvage " de René Laloux !

      " Le scénario s'inspire librement du roman Oms en série de Stefan Wul." source Wiki

      Supprimer

Merci de participer à la réflexion de ce blog en postant votre commentaire ici, identifié avec un pseudo, si cela est possible. Le partage est source de richesse. Exprimez-vous !