mardi 5 mai 2015

Adiémus partage son point de vue avec nous ; je lui réponds.

Ne perdez pas votre vie à combattre des idées ; mettez les vôtres en œuvre.
Ce n'est que par là seulement que vous ferez disparaître les injustices.
" Créer, c'est résister. Résister, c'est créer "



  1. Ton leitmotiv "Ne perdez pas votre vie à combattre des idées ; mettez les vôtres en œuvre" me semble particulièrement pertinent, si l'on vise l'efficacité. Cette expression est-elle de ton cru ?

    Je devine le lien avec ta conclusion "Créer, c'est résister. Résister, c'est créer."

    Mais je m'interroge sur le rapport de l'acte créateur et celui de résistance. Naturellement on pense à la liberté, bien entendu. Toutefois un acte de pure création peut-il venir en réaction ? Résister face à une situation injuste est légitime et peut produire une transformation salutaire, certes; mais l'acte de créer peut-il être prévisible, autre que gratuit ? Jusqu'à un certain point, n'est-il pas exact de penser que ce qui est vraiment créé est innommable, puisque totalement neuf ?

    Bonjour Franck et bon dimanche ; certes, cette citation " Ne perdez pas votre vie à combattre des idées ; mettez les vôtres en œuvre " est de " moi " mais ici, il n' y a pas de mon, moi et de je ; on partage. Elles viennent toutes seules suite à des réflexions ; si elles peuvent parler à quelqu'un c'est bien.

    La conclusion qui est " Créer, c'est résister. Résister, c'est créer." est de Stéphane Hessel.
    Et je trouvai soudain que la citation de Stéphane Hessel, allait bien avec ce qui m'est venu à l'esprit ; certes, peut-être pas en réaction, mais par l’innovation ; l'innovation remplace l’ancien et presque sans violence, une révolution sans violente.

    C’est faire disparaître et sans violence, ou presque, toutes les injustices ; qu’elles soient sociales ; environnementales et même au niveau de l’information ce que dénonce d’ailleurs Assange. (Je m’éloigne du sujet ou pas) en fait il dénonçait l’information asymétrique, celles que nous avons, nous, et celles que s’octroient certains pays.


    1. Bonjour Adiémus,

      Merci pour ton leitmotiv. Je l'ai mis en avant, afin que le plus grand nombre puisse en profiter.

      Concernant la citation "Créer, c'est résister. Résister, c'est créer." Stéphane Hessel en est-il le seul auteur ?

      On la présente sur internet comme un appel lancé par d'anciens membres du Conseil national de la résistance (CNR), Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant, et Maurice Voutey.
      1. Bonsoir Franck, je ne sais pas si Stéphane Hessel en est le seul auteur ! Mais je connais, certes, cette vidéo.

      2. Je te remercie pour ta précision sur Stéphane Hessel.

        Poursuivons donc la réflexion intéressante sur laquelle nous échangeons; sur le principe je pense que vouloir faire disparaitre toutes les injustices sans l'usage de violence est particulièrement louable. Mon intuition est que la méthode pour atteindre cet objectif ambitieux serait d'agir à partir de la perception de notre propre vie. Car s'opposer à une situation extérieure, que nous déplorons, a de fortes chances d'entretenir l'élan négatif dont nous espérons la fin. La première étape serait d'aborder le problème de façon systémique, puis de rechercher dans nos comportements personnels si nous n'aurions pas nous-mêmes des conduites analogues appliquées à d'autres domaines, à remettre en question. S'il y a lieu à transformation, déployer notre imagination pour trouver des façons de faire innovantes et mettre en mouvement nos potentiels personnels susceptibles d'améliorer la synergie du système que nous souhaitons faire évoluer favorablement. Notre réussite ne pourra ensuite que faire tache d'huile, si elle est réellement efficiente. Une méthode innovante libère de l'énergie et se propage spontanément de proche en proche. Car la vie cherche à produire plus avec moins. C'est la pente naturelle de son cheminement, me semble-t-il.

        Bien amicalement. Franck


Adiémus 26 août 2015 09:12
Bonjour à toi Franck comment te portes-tu, cela me fait penser, puisque tu souhaites partager tes réflexions, je te donne, si tu l'acceptes, quelque chose qui était sur le Forum de RIM, il y a très longtemps déjà, il s'agit du syndrome du bocal. Là en effet, cette histoire est terriblement impressionnante concernant les capacités du cerveau et elle viendra en complément de ta vidéo ! Voici la vidéo http://www.dailymotion.com/video/x92bci_syndrome-guillain-barre-le-syndrome_tech

(Juste un aparté comme ça, je commence à me lasser du forum le Parisien.fr ces gens pensent que nous sommes sans doute aveugles, c'est fatigant, car certains des forumeurs ne sont pas de vrais internautes, cela se sent si l'on a un minimum d'intuition ; ce site essaye désespérément de faire tourner leur forum, c’est un forum fait pour les publicitaires on y parle de mièvreries pour vendre des mièvreries à des mièvres et c’est insupportable, je joue le jeu de la mièvrerie juste histoire de déposer quelques petites choses çà et là, mais dans le fond c’est triste, oui c’est triste car ce forum est à l’image de cette société bête et du mange-tout. Et être dans cette société débile c’est si fatigant. Fin de l’aparté.)
Mais avec plaisir cher Franck !
Bien @ toi !





  1. Bonjour, Adiémus, J'ai visionné ta vidéo. Elle est intéressante. D'une façon générale, il semble que le corps des êtres vivants possède une certaine capacité d'autorégénérescence. La dégénérescence et son aboutissement la mort, paraît également une solution nécessaire, et choisie par la vie pour s'adapter aux conditions de l'environnement fluctuantes. Par extrapolation, on peut imaginer que la vie choisit de mourir, lorsqu'elle ne se sent plus en corrélation harmonieuse avec son environnement. Vois-tu les choses du monde se dessiner ainsi?

    Je te suis reconnaissant de prendre de mes nouvelles. Mes deux jambes me portent toujours vaillamment sur notre belle planète en pleine mutation. J'espère qu'il en est de même pour toi.

    Concernant le Web, je pars du postulat qu'il peut être ce que nous voulions qu'il soit. Le premier pas de cette démarche serait d'être en éveil sur ses propres intentions, lorsque nous le modelons lors de nos interventions. Car l'essentiel, selon moi, est de créer le monde à partir de son coeur, le seul royaume où nous nous devons de régner en maître. Pour le reste, je fais confiance à l'ordre universel. Je laisse l'empire aux mains des ambitieux. Gand bien leur fasse à régner sur le monde matériel.

    Bien amicalement. Franck


Hélène nous lit l’échange entre Adiémus et Franck :
Je vais te donner mon modeste point de vue ; mais avant je reprends ce que tu as écrit "mon parcours m’invite à être centré sur la vacuité, qui n’est pas une exclusion du caractère tangible du réel, mais la prise de conscience de l’absence de frontière véritable entre les Êtres." Moi je te réponds, Franck, que le monde dans lequel nous sommes n'en n’est pas là du tout, il faut choisir, hélas, il ne faut pas trop prendre d'avance sur ce monde, car le monde dans lequel nous sommes est un monde matérialiste et individualiste, auquel hélas, il faut faire avec mais je n’ai pas dit que j’y adhérais, mais la prise de conscience, selon laquelle, nous sommes tous de même souffle et que comme l’écrit Allan Kardec, qui là, certes, relève du monde spirite, mais dont le message est le même, "que nous sommes plus proches que nous le croyons "mais qui n'est hélas pas d’actualité maintenant, si toi, Franck, tu l'as bien intégré, d'autres, au contraire divisent pour mieux régner et font en sorte que ce que nous savons déjà, ne parvient jamais aux oreilles de certains afin que les guerres puissent continuer car les guerres rapportent des bénéfices !

Cher Adiémus,
Heureuse journée à toi,
Je me suis donc imprégné de ta pensée et j’ai parcouru ce que produit Wikipédia sur Allan Kardec. Une ouverture d’esprit sur le spiritisme intéressante, probablement favorables au progrès spirituel, intérêt largement reconnu au Brésil. Ton propos et la pensée d’Allan Kardec se placent dans une logique d’évolution et donc d’une cause produisant un effet. C’est une vision de la création qui est indéniable lorsque notre mental observe le monde. Le temps semble s’écouler au sein d’une transformation du manifesté dans la direction d’une conscience toujours plus fine. Avec un passé figé, un présent qui se renouvelle d’instant en instant vers un futur fortement contraint par les causes. Or il semble que le temps et l’espace, selon la physique quantique, ne soient qu’un sous-produit de la création. La première réalité issue du néant serait pratiquement dépourvue de la dimension spatiaux-temporelle ; d’infinitésimales petites cordes vibrantes se combinant pour former les particules élémentaires, puis les atomes, les molécules, les virus, les bactéries, le végétale, le règne animal et les êtres doués de conscience pour schématiser rapidement. A chaque stade la conscience de soi s’affine avec une perception de l’environnement toujours plus grande. Le monde spirite serait l’étape suivante de l’évolution naturelle et également nourrit par le monde matériel. L’éther des âmes, des égrégores, archétypes et autres curiosités de la conscience collective et cosmique; si subtil soit-il, reste un produit du monde matériel donc soumis à celui-ci, même si le monde des esprits peut interagir avec le monde plus dense qu’est le nôtre et avoir l’illusion d’en modifier le cours d’évolution. Lorsque le manifesté prend conscience de lui-même sa vibration s’apaise, il rectifie tous les agrégats le composant et la lumière repart fluide à la source. Où se situe la liberté là-dedans ? Mystère. Notre seule possibilité, ne pas nous prendre au sérieux, rire, nous émerveiller, chanter, danser, dessiner notre reconnaissance et notre joie tout en acceptant de mourir à chaque instant à nous-même afin d’accompagner la métamorphose joyeuse de l’Univers, voilà mon plan de vie. Selon cette démarche toute est parfaite providence, le merveilleux devient apparent à chaque instant. Tout est question de point de vue. Chaque observateur a raison selon le point où il se situe. Notre liberté réside peut-être dans la conscience et la possibilité de changer notre regard sur l’univers, ou n’est-ce là encore qu’une illusion. Métamorphoser sa vision tout en maintenant son attention sur la pulsion qui nous conduit à cet acte.
Cela dit, je partage ta peine et compatis à la souffrance des humains sacrifiés sciemment sur l’autel de la haine par certains Êtres assoiffés par le pouvoir, car inconscients de leur nature profonde. La question que nous pouvons poser est ; par quel processus chaque individualité d’un groupe social délègue son pouvoir personnel aux hommes malfaisants ? La véritable révolution est intérieure. L’inspiration spirituelle conjuguée à l’action sociale pour le renversement des forces occultes mènent souvent au sacrifice ultime. Gandhi en est l’exemple le plus illustre. Avoir à chaque instant l’humilité et la gratitude d’être instruit des tenants et aboutissants des événements tragiques sans porter de jugements définitifs, me semble une sage attitude pour favoriser un ordre social respectueux de chacun, tout en refusant de participer aux actes clairement malsains. Notre responsabilité première est de faire régner la paix en nous.

Pardonne moi la longueur de ma réponse due à ma volonté d’être aussi précis et juste que possible.
Bien amicalement.
Franck

Source : commentaire du 30 avril 2015 08:04 posté sur l'article Satprem

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci pour votre partage. C'est toujours un bonheur que de partir en voyage avec Hubert.

      Supprimer
  2. Wouaou !
    Merci pour ces échanges partagés.
    On ne se bouscule pas trop au stand du Réel.😉
    Certes... mais peut importe.
    Wouaou est la traduction originelle s'il peut vraiment y en avoir une, de "et Dieu vit que cela était bon".

    S'Il est même avant Le Logos, Il est au-delà et à l'intérieur de chacun.

    A nous d'assumer ou pas (peu importe ds l'absolu car le partage des rôles "bons et méchants" se distribue...)cette Aventure de La Conscience au-delà du "bien et du mal" en ressentant le verbe créateur et comtemplateur du "Wouaou".

    Le mal ou ce qui est ressenti comme souffrance n'est-il pas la révélation reflexive de ce qu'il nous invite à contempler et à transmuter par L'acceptation de cette opposition alchimique ?

    La complexité et l'altérité, génératrices de douleur seraient le berceau initiatique de la Révélation, pour ceux qui le choisirons (😉 mais y a-t-il le choix?), de l'unicité où peu importe l'individualitété et ses constantes recherches d'un monde idéal dans lequel se rassurer de son prétendu isolement de l'ensemble...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Rachel de nous mettre en phase avec votre regard sur la création, d'abord en écoutant Hubert, puis en exprimant votre émerveillement face à l'Univers. Car en définitive, il s'agit peut-être simplement d'animer la création par l'enthousiasme d'être en vie. Et lorsque je souffre à me tordre, le miracle de la conscience est encore plus présent. Si ce n'est qu'il s'impose sans échappatoire possible, ou presque. Il ordonne. Sois Présent à toi-même !

      Supprimer

Merci de participer à la réflexion de ce blog en postant votre commentaire ici, identifié avec un pseudo, si cela est possible. Le partage est source de richesse. Exprimez-vous !